Transports en commun, vraiment écologiques ?

Je sais, le titre est un peu aguicheur. Mais dites-moi, c’est bien ce qui vous a amené à lire cet article, non ?

Aujourd’hui, je vais vous partager une réflexion que je me fais depuis un moment. On entend partout parler du réchauffement climatique et à cet effet on nous explique combien il est mauvais de prendre l’avion, combien il est important d’utiliser les transports publics plutôt que la voiture individuelle.

Et à l’heure ou de plus en plus de villes cherchent à bannir les voitures, je me suis demandé si les transports publics étaient aussi écologiques que ce qu’on nous prétend ? Osé ? Oui et je l’assume ! C’est le principe même de notre société, questionner et remettre en question les acquis afin que nous puissions nous améliorer, améliorer nos conditions de vie, être meilleurs demain en tant qu’individus et en tant que société.

Alors, je vous le dis tout de suite, je ne vais pas vous apporter une réponse toute faite. Mais quand je vois un métro vide en ville de Lausanne alors qu’il est à peine 22h, je me demande combien de métros, trains, bus et autres transports publics roulent à vide dans le monde :

Metro M2 à Lausanne, vide à 22h

Je ne veux pas dire par là que les transports publics sont plus polluants que la voiture. D’ailleurs je n’ai pas les connaissances techniques pour faire le calcul. Mais si quelqu’un ayant les connaissances sur le sujet pouvait se pencher sur la question et partager ses résultats j’en serais ravi. Je suppose qu’il faudrait en plus des compétences techniques des statistiques sur le taux de remplissage des transports publics dans le monde.

Par contre une chose est sûre, le soir de la photo, mon trajet en métro a pollué plus que si je l’avais fait en voiture.

L’autre élément, c’est le fait qu’on nous vende les transports publics comme écologiques. Alors j’aimerais savoir combien « moins polluant » est-ce qu’un moyen de transport doit être et par rapport à quel autre moyen de transport pour que celui-ci puisse être catégorisé comme écologique.

Dans tous les cas, personnellement, je pense que le seul vrai déplacement écologique qu’on puisse faire c’est celui justement qu’on ne fait pas. Malheureusement la société fait que nous devons nous déplacer pour tout et pour rien. Plus d’office de poste dans les quartiers, les petits magasins/boulangeries/boucheries/supérettes ferment les uns après les autres.

Alors ma question est-ce que plutôt que de chercher à catégoriser en « bien » ou « mal » certains comportements ne devrait-on pas se pencher plutôt sur la question de comment éviter le comportement en question ?

Aller, je vous laisse réfléchir. Et à bientôt !

Laisser un commentaire